Intraduisibilité et introduisibilité de certains jeux de mots

Classé dans : Actualités | 0

Sommes-nous payés pour repousser les limites de l’impossible et de l’intraduisible?


Quand on est pressé, tous les textes, contextes et prétextes peuvent donner l’impression de friser l’intraduisible, surtout dans les jeux de mots, calembours et contrepèteries.


Pourtant, impossible n’est pas français. (Rassurons-nous, cela n’en fait pas un anglicisme.)


Mais cela demeure paradoxal puisque l’intraduisible ne pouvant être impossible, il devient possible… Ou, à tout le moins, implausible.


Pour d’aucuns, l’intraduisibilité n’est qu’un mythe.


Lexophiles et verbomanes anglais soutiennent que a myth is a female moth. Partant, si l’intraduisibilité n’est qu’un mythe, on pourrait le prouver en traduisant la boutade anglaise.


À la limite de ce mythe, on pourrait poser la devinette suivante :


– Connaissez-vous le féminin romantique de papillon?
– C’est mamillonne.


À original far-fetched, traduction farfelue.


À ce propos, un excellent correcteur orthographique bilingue donne immédiatement, pour MOTH, la traduction PAPILLON DE NUIT, ce qui est parfaitement légitime. Cependant, toujours sous MOTH, lorsqu’on choisit plutôt de cliquer sur l’onglet « français », pour s’égayer et bégayer, on génère un étrange déclic : en passant d’une langue à l’autre, le correcteur bascule de MOTH à MOT. Espèce de traduction à demi-mot. Même pas du mot à mot.


Pas si grave, puisqu’il s’agit d’un correcteur et non d’une machine à traduire. Nez en moins, l’anomalie sera signalée, sans faute.


Par ailleurs, en gare, sans faire gare et sans trop d’égards, tout le monde descend.


« Tout le monde »? Détail amusant : les cheminots répugnent à l’usage du mot passagers, ces gens étant jugés trop éphémères. Les gens du rail, durailles, préfèrent le mot voyageurs.


Peu importe ou exporte, il reste qu’il ne reste plus personne à bord. On quitte le train, on descend, on reprend le train-train quotidien.


On a voyagé, vu du pays; on est arrivés à destination, pour ne pas dire qu’on est rendus à terme. La gare semble bien adaptée aux destinataires. Terminus, et non Terminal, dirait TermiumPlus. 

Lire les chroniques de termino

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.